Lucie pour un autrement…

Bonjour, bonsoir et bienvenue sur mon nouveau site. J’avais besoin d’un changement, d’un autre espace, d’un autre lieu, d’un autrement, de plus de blanc…Je vous laisse découvrir ce nouveau blog tout en vous indiquant que certaines pages se cachent sous la fenêtre en haut, à droite, à côté de ma bannière. J’ai choisi une plage de Corse, la plage de Capo di Feno située dans le golfe d’Ajaccio pour illustrer mon blog. Un lien entre une jeune fille et moi… Un espace maritime entre les deux…Mais la vie d’ici, sur ce continent, continue à se dérouler, à se dévoiler…N’oubliez pas, avant de fermer la porte, de vous inscrire à ma newletter car désormais, les publications auront lieu ici…Pour faire mes premiers pas sur ce nouveau lieu, j’ai choisi de vous présenter ma   » Lucie » car nous ne pouvons pas dire que « Lucie » soit vraiment à présenter.

2

LUCIE

Patron « République du chiffon »

téléchargeable en PDF ici

cousue un jour d’été

en écoutant Valérie June

Je n’avais rien de défini lorsque j’ai commencé cette robe, si ce n’est ce patron qui me plaisait tant pour l’été, si ce n’est une viscose aux motifs Navajo que j’avais trouvé au Marché Saint Michel à Bordeaux, un samedi de chance. J’aimais tellement ce tissu que je ne pouvais pas me résoudre à le couper court, « Lucie » allait donc être robe longue, maxi dress, robe de plage ou robe des champs, robe bohème à porter pieds nus.

16

J’avais choisi de poser un passepoil noir sur les épaules. J’ai eu beau retourner durant des minutes interminables les tiroirs de mes réserves, je n’ai pu mettre la main sur aucun passepoil noir, sur aucun bout de biais noir…Il est des jours où je n’ai pas envie de mettre le nez dehors, pas envie de prendre mon vélo pour filer à la mercerie la plus proche…C’est alors que je me suis souvenue de ce galon frangé déniché sur un vide grenier. « Lucie » serait longue et frangée, « Lucie » serait robe du Wild West…

9

J’ai coupé « Lucie » dans ma taille habituelle. Je sais qu’elle ne fait pas l’unanimité dû à sa largeur. J’ai pourtant, ne pouvant toujours pas me résoudre à couper dans ce tissu, taillé  les panneaux de la jupe plus large que préconisé (1, 20 m de large pour chaque panneau). Le fait qu’elle soit longue et dans un tissu très fluide lui annule l’effet d’ampleur qu’elle peut rencontrer. J’ai doublé le corsage d’un tissu doublure noir. Ce que j’aime chez « Lucie » : son ampleur et son décolleté dans le dos, j’adore totalement le dos de cette robe.

11

« Lucie » ne pouvait se passer de quelques accessoires…Lorsque je couds un modèle, des paysages et des musiques défilent comme un film dans mon imaginaire. Le collier qui accompagnerait cette robe serait forcément une plume et devrait mettre en valeur le décolleté du dos. La plume de paon et ses motifs en rappel à  l’imprimé du tissu a été une évidence, tout comme le fait que ce collier devait se balancer au gré du vent des plaines du Wild West dans le dos.

15

Une ceinture de cuir brut avec sa boucle en bois déniché chez Emmaüs, un chapeau de paille avec plumes provenant du Texas, mon vieux blouson en jean complètent cette robe improbable dont le récit s’est construit au fil du temps de la couture.

14

7

6

J’espère que ce nouveau site vous a plu,

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques.

Je vous donne rendez vous ici prochainement

12

Publicités